Comme le disait Tonton David dans sa chanson

parlement-europeen-strasbourg-« Car je suis sûr, sûr, qu’on nous prend pour des cons » !

En effet, entre les scandales politico financiers, des détournements, enrichissements personnels qui deviennent « des erreurs » (sic) dont ne résultera pas plus une leçon qu’une condamnation et ou en remboursement des sommes indues et la dernière affaire de l’AFSCA …

Ceci est explicitement ce qui a été dit et non la version finale remastérisée.

J’écoute la radio lundi matin, le responsable de l’AFSCA parlant d’un contrôle (de leur part) qui a mis au jour la présence de fipronil dans les œufs, notamment.

Celui-ci affirme toutefois qu’il n’existe aucun danger vu la faible concentration du produit dans les œufs. (En dessous des normes européennes).

Le lendemain, il est question d’une dose 12 fois supérieure à celle annoncée ! (Au-dessus des normes européennes), suite à une revisite de l’AFSCA.

Dans l’après-midi on apprend que le contrôle initial révélateur du scandale est seulement dû au producteur qui a changé de laboratoire pour analyser ses œufs, pensant sans doute que les résultats seraient davantage en sa faveur.

Manque de pot, on connaît les résultats.

En dehors de cette affaire précise, cela met -si besoin était- en exergue un autre gros souci qui est en réalité la racine du mal à savoir : le pouvoir de l’argent.

En effet, le petit producteur qui ne sait plus suivre sur le plan des investissements demandés par l’AFSCA et l’Europe en générale, a deux choix* : la faillite et la perte d’un patrimoine (fromage de Herve, etc.) ou s’endetter afin de s’industrialiser et de correspondre aux normes standards.

Les risques n’étant pas les mêmes, aucune comparaison ne pouvant être faite entre une production industrielle et ses contraintes et la production artisanale ou semi-artisanale, les normes devraient être diverses également.

A qui profite tout cela ?  N’a-t-on pas déjà vu le lobby de l’agro-alimentaire faire de telles pressions en poussant de petites exploitations à se développer ou à se regrouper en coopérative ! ?

Si, bien entendu ! Et pourquoi ? Simplement afin de mieux les contrôler et d’imposer des tarifs de plus en plus bas pour les matières premières (pénalisant des producteurs qui s’ils veulent écouler leur production acceptent forcés et contraints, abandonnent ou encore se suicident), dans le but unique (non de faire baisser les prix pour le consommateur) de faire plus de marge, plus d’argent***.

Le leitmotiv de l’agro-alimentaire : Produire plus, plus ; plus vite, plus vite ; le tout le moins cher possible et ce au détriment de la santé, de l’écologie, de la qualité des aliments, et cætera, et cætera.

Que pouvons-nous faire ?

Et bien nous engager sur le plan politique (en adhérent, militant), le plan social (associations, bénévolat, etc.), le plan consommation (en devenant consommacteur), en communiquant autour de soi, …

Les choses ne changeront pas en refaisant le monde autour d’une bière, d’un bon repas entre potes et j’en passe. Ce n’est que dans l’action que nous ferons bouger les choses, elles ne se feront pas toutes seules, ou alors nous acceptons tels des moutons de Panurge à :

– Manger de la merde, comme disait l’autre,

– Régler les dettes de banques qui n’hésitent pas à recommencer leur malversations risquées (nous serons là pour éponger la prochaine crise qui se précise si nous ne faisons rien) une fois remises à flot et ce nonobstant leurs promesses,

– Rémunérer des politiques (80%) pour des mandats non exercés, des réunions fantômes, et cætera, et cætera.

– Payer 30€ par mois et par Citoyen Européen pour une PAC qui rétribue les agriculteurs pour ne pas produire (alors que leur demande JUSTE, est seulement d’être rétribuer au prix approprié****).

Si vous manquez d’idées, contactez-moi, je vous procurerai quelques pistes.

Belle journée

Xavier HOUIN

*Ou de faire le choix de la reconversion au bio, si souvent décrié par le lobby de l’agro-alimentaire sans nonobstant être touché par tous les derniers scandales liés à l’alimentation.

**Comme la plupart des personnes du monde agricole ont dû le faire, d’où les suicides réguliers, dans cet autre secteur visé.

***Je n’ai rien contre le fait de faire de l’argent, néanmoins pas au détriment de l’économie locale, de la santé des gens et des producteurs.

****Accepteriez-vous de travailler 15 heures par jour pour gagner moins qu’un ressortissant du CPAS ?

 

 

 

 

 

Publié dans Divers (inclassables) | Tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Ubérisation, nouvelle économie ou futur statut salarial généralisé ?

File illustration picture showing the logo of car-sharing service app Uber on a smartphone next to the picture of an official German taxi sign

l’avenir

 

Que l’on soit pour ou contre, il faut se rendre à l’évidence : l’ubérisation universalisée est inévitable, voir irréversible.

En effet, il me souvient lorsque j’étais enfant que les membres de ma famille me disaient qu’il fallait faire de grandes études afin d’obtenir un bon diplôme, entrer dans une société et y faire –toute- sa carrière.

La plupart des générations antérieures faisaient toute leur carrière dans la même entreprise, celle-ci en conséquence devenait presque une deuxième famille.

Qu’en est-il actuellement ? :

Force est de constater que, soit par obligation liée à la forte concurrence (mondialisation oblige sans évoquer que contrairement à ses « partenaires » l’Europe protège peu ou prou ses propres marchés), ou simplement via une vision (court terme) plus capitalistique, créant davantage de profits, souvent au détriment des travailleurs (manque d’investissements, vision laconique, etc.) autrement dit : la majorité des entreprises n’a plus rien de familial.

On délocalise, on met la pression sur ses travailleurs, on en demande de plus en plus à ces derniers (expliquant le nombre vertigineusement croissant de burnouts, séparations de couples, …) dans l’objectif de contenter des actionnaires de plus en plus avides (il ne s’agit pas seulement de fonds de pension américains, non non).

Actuellement et de plus en plus, ce n’est guère plus le travail qui est rémunéré mais bien la capitalisation, même si présentement, je schématise pour simplifier.

L’époque des golden boy ou le travail, le mérite étaient récompensés n’existe plus actuellement, il faut se rendre à l’évidence.

La sécurité sociale est, elle aussi mise à mal et il ne faut pas rêver, il n’y aura bientôt presque plus de remboursement sur des mutuelles collectives, chacun devra prévoir une mutuelle privée. Il en est de même pour les pensions sachant qu’il y a 30 ans il y avait 3 travailleurs pour un pensionné actuellement il n’y en a 1 travailleur pour 3 pensionnés. Le calcul est vite fait : les personnes nées après 1960 ne pourront factuellement plus toucher de pension, ou alors des réformes nous obligeront à travailler jusqu’à 80 ans.

L’état ne pourra sans cesse s’endetter (endetter nos enfants et petits-enfants) tout en remboursant une dette honteuse, mais là est un autre sujet.

Il est donc salutaire voir primordial que tout un chacun commence à prévoir le plus tôt possible pour soi-même comme pour ses proches, l’acquisition d’une assurance pension pour être certain d’avoir un minimum de revenu !

Pour autant est-ce une fatalité ?

Certainement, vous pouvez très bien devenir autoentrepreneur en France ou indépendant en Belgique, (l’indépendant à temps partiel a les mêmes droits que l’indépendant temps plein, tout en gardant ses droits sociaux).

Nonobstant 60 à 70 % de ceux-ci sont malheureusement confrontés tôt ou tard à un aspect négatif de l’ubérisation, c’est-à-dire devenir de faux employés et conséquemment, endurer tous les désavantages de l’indépendant, sans les avantages du statut d’employé aux ouvriers tout en travaillant 60 à 80 heures semaine en moyenne !

Il existe toutefois des possibilités de faire carrière en collaborant avec de grands groupes, notamment dans le marketing relationnel, pour autant que l’on évite certains amalgames.

En effet une partie de ce concept est trop souvent, voir presque toujours, confondu avec un système interdit tant en France à savoir la vente pyramidale.

Afin d’éviter tout doute sur mon impartialité, vous trouverez ici une description précise et officielle des différences existantes.

Quelles sont les avantages du système :

– Une liberté totale au niveau des horaires

– Une reconnaissance du travail accompli

– Une vie familiale retrouvée

– Une rémunération non plafonnée

– Des primes, des challenges, des cadeaux, des formations gratuites et certifiantes (Master en management par exemple)

– Etc.

La seule condition sine qua non et de choisir avec qui travailler. Les critères éthiques de l’entreprise, sa vision sur le long terme, et votre affinité et ou votre attrait avec les produits. Incontestablement, on ne parle que de ce que l’on connaît, de ce que l’on a pu tester et qui nous a réellement convaincu.

Personnellement après avoir testé plusieurs structures, je suis assuré d’avoir trouvé celle qui me convient répondant à mes critères tant sur le plan éthique, la qualité des produits que la rémunération.

Elle a même été élue entreprise de l’année 2015, dans son secteur.

Si vous désirez en savoir davantage : info@realsuccesscoachingbelgium.com

Belle Vie,

Xavier HOUIN

 

Publié dans Conseils vie quotidienne, Expériences vécues, La Vérité sur ... | Laisser un commentaire

Où et Kant, le Saint dictât ?

Immanuel-KantJ’ai assisté à ma première réunion de politique participative ! Persuadé de trouver une forme d’élitisme, du genre de l’arrogance de certains politiques, toisant le citoyen posant une question avec le regard disant « moi je sais », comme on peut le discerner lors de débats télévisés, j’ai à contrario, trouvé des députés, ministres et autres politiques, humbles et réellement à l’écoute, attentifs, prenant des notes, demandant d’approfondir lorsque nécessaire (ce qui démontre un intérêt réel).

L’hypertrophie étatique a plombé l’économie pendant plusieurs décennies via un gouvernement de gauche, certes c’est un constat factuel, nonobstant je n’ai pas entendu beaucoup de critiques envers ces derniers comme j’ai pu en ouïr maintes et maintes fois dans d’autres assemblées où il était d’avantage occupé à constater les erreurs, critiquer les actions, etc. tout en ne proposant rien ou de l’utopico-populisto-démagogique ! Rien que du constructif quoi !

Partant de ce constat et au vu du bilan composé d’épilogues concrets et non de procès d’intention et autres quolibets, pertuisanes, issues de personnes souffrantes d’Alzheimer une fois le moindre pouvoir acquis, soit, l’expérience enseigne, j’ai appris …

Plus sérieusement, moi, jadis poujadiste, écœuré par ce qui me semblait une fausse démocratie, une mainmise des partis et singulièrement des politiques aux égos aussi opulents que leurs incapacités à régler nos problèmes, j’ai pu, comme tous les participants, donner mon avis et poser des questions.

– « La démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple. » disait Monsieur Abraham LINCOLN

Autre fausse idée, en tant que parti libéral convaincu, j’escomptais que nous évoquerions (ce n’était pas pour me déplaire par ailleurs) uniquement l’aspect économique et bien … pendant 90% de la réunion ont été évoqués la lutte contre la pauvreté, la liberté pour les personnes et familles et comment répartir la richesse, ainsi que d’autres soucis plus « personnel » évoqués par les personnes présentes !

Sans fanatisme, sans intolérance, sans démagogie, dans l’efficacité de la simplicité … Je n’ai jamais autant entendu parler du social (qui à fortiori, idées reçues, est davantage adjacent au PS) mais de social, non d’assistanat. L’assistanat étant au social ce que la pitié est à la compassion (cela n’engage que moi !). Quoi que Monsieur Henry Ford disait aussi :

« La démocratie dont je suis partisan, c’est celle qui donne à tous les mêmes chances de réussites et ensuite à chacun selon sa capacité ».

Il faut juste ouvrir son esprit, sortir du dogmatisme quel qu’il soit ! le « Peuple » a évolué et la -vraie- démocratie -réellement- participative existe, il peut donc collaborer, contribuer concrètement ! … Pour exemple, je souhaiterais évoquer une référence Alexandre Dumas via Joseph Balsamo* – « … c’est la sédition des masses,  c’est de révolte des faible devenu fort par la masse… Il est fort (le peuple), mais il est ignorant, irritable, il pardonne vite, il lui manque l’instruction qui fait voir les événements sous la double vision de l’exemple et de l’utilité … »

Entre parenthèse, cela les syndicats l’ont bien compris et ciblent donc -sans stigmatisation- une certaine frange de la société ! Cette dernière doit donc se réveiller et prendre son destin en main !

Certes, la vraie démocratie dans un sens littéral, est impossible. En effet, dans une démocratie moderne, c’est la majorité qui impose à la minorité. Il existe donc une partie de la nation qui est contrainte par l’autre, alors que la démocratie étymologiquement parlant, ne serait possible que si tout le monde avait le même avis. On ne peut pas taxer Emmanuel Kant de naïf, pourtant dans son essai « La projet de paix perpétuelle » ** il évoque des idées qui si elles ne sont que difficilement applicables, ne manquent pas de sens et surtout d’arguments. (Hormis l’ironie …)

Néanmoins, croyez-le ou pas, lors de cette fameuse réunion, la démocratie était bien présente.

J’aimerais citer un extrait que je n’aurais pas l’outrecuidance de commenter, il se suffit à lui-même. À chacun de se faire sa propre opinion. Voici (il faut faire abstraction du ton ironique pour ceux qui le décèlerait, les parenthèses c’est moi) :

« Un politique (syndicat, etc. idéalement) pratique, a coutume de témoigner au faiseur de théories, autant de dédain qu’il a de complaisance pour lui-même. À ses yeux, le théoricien (« dogmatologue ») n’est qu’un pédant d’école, dont les idées creuses ne sont jamais d’aucun secours à l’État auquel il faut des principes déduits de l’expérience le théoricien n’est donc qu’un joueur insignifiant … »

La suite est vraiment étonnante et doit être parcourue dans son ensemble n’étant pas très long. S’il est difficile d’appliquer ce raisonnement sur le plan international, certains à l’instar des syndicats, démontrent que c’est plausible à plus petite échelle. En effet, lorsqu’un syndicat sur plusieurs, décide de faire grève parfois même contre l’avis d’une partie de ses propres sympathisants, est-ce démocratique ? En conséquence, est-il démocratique qu’une minorité place la majorité dans l’embarras ? Embarras, doux euphémisme pour certains travailleurs indépendants, professions libérales et autres ouvriers/employés non rémunérés ! ? Sans évoquer le fait que ces journées de grève représentent un coût énorme, toute proportion gardée. Et puis je ne peux m’empêcher de repenser au dogmatisme syndicaliste quand je relis dans le Trends, l’article de Monsieur Gobelet, frère du syndicaliste ! À lire absolument !

Alors je dis aux râleurs professionnels (que je fus), venez donner votre opinion, débattre, fournir des idées, des pistes, etc. ! Ce sera plus constructif parce que : Primum verbum est democratiae, et factum est !

Belle journée à toutes et tous.

*Joseph Balsamo à propos du peuple et lors d’une assemblée franc-maçonnique, alors que Rousseau vient de refuser le rite d’intégration et que Marat vient d’être remis à sa place par Joseph Balsamo le Grand Maître des loges.

Joseph Balsamo d’Alexandre Dumas tome 3, chapitre 12, première partie de « mémoire d’un médecin ».

**Titres faisant ironiquement référence à une enseigne de taverne, extrait de la préface.

 

Publié dans Divers (inclassables) | Laisser un commentaire

Oui ! Vous êtes créateur(trice) de …

proton-proton collsion at LHC-wideN’oubliez jamais que tout est vibration, c’est un fait scientifiquement avéré et certifié : vos pensées sont des vibrations très puissantes, qui créent littéralement votre réalité et donc votre quotidien. Ce n’est pas une « image », c’est une vérité intrinsèque !

Vous avez moult exemples autour de vous. Une personne jalouse dont le cerveau émettra la peur de perdre, la peur d’être trompé, et cætera aura pour résultat d’attirer ce qu’elle craint. Résultat la personne va perdre, être trompée, pas simplement sur le plan amoureux, cela va se traduire, se matérialiser sur le plan financier, amical ou professionnel.

Par contre et c’est ce qui est génial, si cette personne remplace systématiquement son sentiment d’abandon, sa peur de perdre, son manque de confiance en soi, par une image positive d’elle, heureuse en couple par exemple, elle créera factuellement cela dans son couple et dans sa vie en général.

Cela peut paraître compliqué au début (surtout après une rupture, une dépression, burnout, etc.), néanmoins c’est une habitude qui s’inscrit instantanément via de nouveaux réseaux de connexions dans le cerveau.

Bien entendu pour que cela devienne un automatisme, il s’agit de remplacer des millions de connexions négatives* par de nouvelles connexions positives.

Sachez (et cela est connu depuis des temps immémoriaux par des sociétés secrètes et tenu secret jusqu’il y a peu**) que tout ce que vous imaginez pouvoir être, faire, rêver, peut se réaliser.

Les seules limites à la réalisation de ce que vous voulez sont vos croyances, peurs, fausses images de vous-même, etc.

Votre premier objectif devrait, TOUJOURS, être cet exercice : durant quelques semaines (vous n’imaginez pas la puissance de cet exercice et ses résultats probants et rapides) faites en sorte d’être toujours mieux que ce que vous êtes maintenant. Quel que soit votre état d’esprit, votre objectif maintenant est d’aller encore mieux est toujours mieux que ce soit à un degré à 10 degrés à 100 degrés toujours essayer d’aller mieux, TOUJOURS, même qu’un peu !

Vous êtes ce que vous pensez être et vous attirez ce à quoi vous pensez le plus souvent et avec le plus d’intensité. Si vous craignez un événement, vous focalisez sur cet événement et vous attirez cet événement plus ou moins rapidement et à plus ou moins grande échelle selon votre croyance. Si vous avez une peur plutôt que de la combattre, ce qui ne ferait que la renforcer, lui donner davantage de pouvoir sur vous, remplacez-la par son opposé en visualisant et en ressentant le plaisir de vivre cet opposé et ce même si (au départ) vous n’y croyez trop !

Prenez votre destin en main dès aujourd’hui parce que personne ne le fera pour vous !!!

Belle Vie à toutes et tous !

Xavier HOUIN

*Par habitude chez tout le monde, le cerveau est négatif, ceci étant lié à notre petite enfance : On n’est pas déséquilibré parce que on a le réflexe à avoir tendance à prendre les choses négativement. En effet depuis l’enfance nous avons appris à manifester notre inconfort, la frustration, à manifester nos besoins intrinsèques, en tout premier 2. J’ai faim, j’ai peur, j’ai soif, j’ai mal, j’ai des coliques, j’ai besoin d’un câlin et cetera et cetera. Si rien ne nous a fait changer, adultes nous reproduirons les mêmes schémas.

** Il n’est pas obligatoire (bien que le sujet soit immensément intéressant) de remonter à certains Pharaons et à leurs prêtres aux rites et savoirs tenus secret sous peine de mort, à Pythagore, aux bâtisseurs, etc. etc., voir plus loin encore et de trouver les fils reliant toutes ces personnes … Non il suffit d’évoquer un seul exemple d’aphorisme provenant d’un grand industriel du 19/20 ème siècle donc pas si loin, à propos de ces vérités, j’ai cité Monsieur Henry FORD – « Si le peuple savait cela, qui viendrait encore travailler dans mes usines !? » CQFD. Des exemples équivalents existent par milliers. Quaere et invenies

Publié dans Divers (inclassables) | Laisser un commentaire

Chuuuuut ! Ne l’ébruitez pas !

shut-up

Facebook, Linkedin, …

Je n’ai pas envie de perdre mon temps avec des joutes verbeuses aussi inutiles qu’infructueuses !

90 % des posts négatifs manquent totalement d’arguments qui permettraient de lancer ou de relancer un débat d’idées qui pourrait le cas échéant mener vers des solutions auxquelles ni l’un ni l’autre n’aurait songé. Mais des injures, qui ne sont même pas un bon trait, pas même non plus un bon mot, quelle utilité dès lors !?

D’aucuns trouvent les miens dégoulinant de compliments qui pour ceux qui me connaissent sont sincères, je ne serais jamais Monsieur de Cinq-Mars de Richelieu, et bien que j’enviasse son courage, jamais le Coconnas d’une Marguerite quelconque.

Ce devrait être la prérogative de tous partis : de prendre les bonnes idées d’où qu’elles surgissent, peu importe leurs provenances et non de les refuser systématiquement par idéalisme basique. Quoi que cela puisse sembler paradoxal, on pourrait penser que le fait de ne pas répondre systématiquement à ses postes est une marque de respect et non de mépris !

En ce qui concerne les syndicats, sans faire d’études sémiologique (la P.N.L. me suffit ^^) sur le sujet, il convient d’en disséquer les raisons réelles, intrinsèques. Personnellement, je n’ai pas encore terminé mais ce que je sais pertinemment est que ceci ne justifie pas ces deux jours de grève, ni le reste !

En conséquence existe-t-il rencontre pouvoir syndical ?

On a le sentiment généralisé que d’un côté on a une classe sociale dite « prolétaire », de l’autre les riches, les classes moyennes ! Non certes c’est bien plus subtil que cela, j’ai été en contact avec des patrons de PME (j’en fais partie) et des délégués syndicaux qui en dehors d’une certaine base fréquentent le patronat :  restos, sports divers, etc. financés par les chefs d’entreprises. Mais en tout bien tout honneur, hein !

– « Attention Môssieur pas de ça ici ! »…

En sommes le combat entre les producteurs de richesses actifs, sauf qu’il ont besoin les uns des autres.

Je suis contre un capitalisme rentier et non productif, certes mais comme disait l’autre

– « Le profit est légitime, s’il est bien partagé ». (Toutes proportions gardées bien entendu).

Dans un style identique nous avons le combat entre l’écologie et le libéralisme ! ?

Dans les années à venir c’est inéluctable, l’économie et l’écologie seront des débouchées pour l’emploi, les investisseurs de tout poil, une sorte d’écologie capitaliste* ! Point non plus ici d’opposition qui dissimule, empêche les synergies magnifiques !

Pour exemple ces dizaines de brevets déposés par des startup belges et françaises relatives à l’économie via des catalyseurs écologiques, par exemple (excusez la redondance) des supports biologiques absorbant la pollution (métaux lourds, CO², etc.) et valorisables ensuite via la réutilisation des « déchets » captés.

Donc … voilà !

Belle soirée nonobstant,

Xavier HOUIN

*À lire notamment : Écologie et capitalisme

Publié dans Divers (inclassables) | Laisser un commentaire

Lettre ouverte aux râleurs, aux sans arguments et à la gauche en générale.

6a00d83451957369e20133ece2d0a3970b-800wi

Pour commencer, je tiens à préciser que j’argue seulement sur des sujets qui, d’une part me tiennent à cœur et pour lesquels j’ai un minimum d’expertise et d’autre part, c’est primordial pour moi, des sujets auxquels j’ai été PERSONNELLEMENT confronté, exécrant les « j’ai entendu dire », « il parait que », le bruit court que », etc., etc.

Beaucoup de gens se laissent convaincre par des politiques qui s’expriment facilement, de façon démagogique, populiste, mais qui en réalité, j’ai la naïveté de le croire, à défaut d’être convaincu, ont besoin du pouvoir, pour leur ego. Ils ne peuvent en effet se passer du pouvoir pour ce qu’il est intrinsèquement et évidemment moult avantages attenants.
À contrario, certains politiques ont, peu ou prou, besoin de reconnaissance et préfèrent être réellement dans l’action, dans le concret, même si le return n’est pas prévu pendant la période de leur mandat ; mais après, de fait c’est un autre qui en récoltera les fruits ! Ces politiques-là* sont rares et sont réellement convaincus de leur mission, c’est un sacerdoce.

Ici point de courtisans, attention Maréchal d’Ancre, lorsque le pouvoir change de main, terminé les privilèges ! Cessez de fantasmer sur un pugilat entre les classes sociales, il n’y a plus de noblesse et plus davantage de prolétariat** !

Et lorsqu’un pouvoir se perpétue depuis des décennies, il ne suffit plus de couper la tête, sans quoi on s’aperçoit que rien ne change, n’est-il pas Monsieur de Luynes !

Mais revenons au présent, qui à gauche, en général, est capable de se remettre en question ? Attendu que même les syndicats se divisent en interne, entre le Nord et le Sud.

Là encore une fois j’évoque un fait, preuves et arguments à l’appui.

Maintenant et c’est le point d’achoppement, voyons les mesures prises par les précédents gouvernements. Que ce soit le plan activa, sine, ou celui que je connus alors que j’étais employeur de plus de 40 employés/ouvriers, dont le nom même ne me revient guère, mais de la même mouture. Comme les autres, concurrence oblige, j’engageais les personnes ayant deux ans de chômage, afin de bénéficier de deux ans d’exemption de charges sociales. Ce qui se faisait au détriment de personnes motivées mais non chômeuses !

Résultats : tous ces plans privilégiaient principalement les employeurs.

Les mesures prises par le gouvernement actuel sont réellement gagnant-gagnant !

Belle vie à toutes et tous,

Xavier HOUIN

* Objectivement à mon sens, il y en a pas mal dans ce gouvernement, je pense notamment à notre premier ministre qui -notamment-  s’est mis à nu, même sur le plan émotionnel. De la com !? Non, ce serait trop risqué sans sincérité ! Le premier ministre Charles Michel me fait penser à Kennedy, lorsqu’il admit son erreur dans l’affaire de la baie des cochons, sur le plan de la sincérité, j’entends…

**Dans le sens marxisme je prends et je jette une fois que plus besoin.

 

 

 

 

 

Publié dans Divers (inclassables) | Laisser un commentaire

Point d’anastrophe j’utiliserai, pour l’attention attirer !

politique

C’est en appliquant humblement en politique que j’ai pu me rendre compte que tout n’était pas si facile, tout n’était pas blanc ou noir, mon idéalisme a pris un coup !

Il fallait parfois accepter que l’on coupe les arbres d’un jardin pour construire un immeuble, afin de sauver une forêt entière ! Qu’il ne servait à rien de défendre coûte que coûte ce bout de jardin, alors qu’une forêt avait été sauvée. Certes c’est un exemple un petit peu caricatural, mais je l’ai vécu à plusieurs reprises.

Puis j’ai « gratté », moi le « poujadiste », j’ai vu des personnalités politiques (je ne peux qu’évoquer les faits et les personnes auxquelles j’ai été confronté) Madame Laruelle, Zoé Génot, Caroline Taquin, Maxime DAYE, Boris Dilliès, Willy Borsus et j’en passe, se démener au quotidien et sans compter les heures !

Un premier ministre Monsieur Charles Michel, qui en sus de toutes les initiatives concrètes de son gouvernement se met –presque- à nu dans une interview, je dis chapeau parce que là on ne joue plus un rôle de composition, on EST ! Ces personnes m’ont prouvé qu’elles n’étaient pas déconnectées de la réalité des Citoyens !

La politique est une chose de compromis, quoi que, idéalisme oblige, cela m’arrache la plume de l’écrire.

Et puis doit-on systématiquement voir le demi-verre d’eau vide ? Un exemple factuel : Arabie Saoudite pour la première fois, des femmes ont la capacité de se faire élire ! Faut-il y voir que ce pays a encore des us d’un autre temps et un tas de choses à modifier ou précisément que les pratiques ont enfin commencé à bouger pour la cause des femmes et de la démocratie en général ?

Je le répète encore, je ne suis je ne suis pas un donneur de leçons.

En effet, combien de fois m’est-il arrivé avec des amis de refaire le monde, de vanter les mérites du « du contrat social », pour en arriver à tous coups, au même constat : on refait le monde, on dénonce, mais on ne change rien à nos vies et après une bonne nuit de sommeil, on en a presque oublié tout ça et on revient à la routine du quotidien.

J’ai côtoyé deux partis émergents, l’un déjà actif, l’autre en couveuse, lorsque je me suis rendu compte que les raisons qui m’avaient fait quitter les partis traditionnels, étaient non seulement présentes ici, mais démultipliées !

J’ai compris que je ne serai pas long feu en effet, me suis retrouvant face à des présidents de partis aux égos plus que démesurés et devant des militants entre guillemets qui ne pensait qu’à un poste intéressant sans toutefois avoir les compétences d’une réelle ambition pour le pays. Des roitelets et leurs cours respectives.

La seule différence avec les partis existants est l’expérience qu’il n’ont pas. Pourtant une toute petite partie des idées émises par ces partis, si elles ne sont pas toutes neuves, sont positives. En conséquence, peut-on gouverner avec 10 pour-cent de bonne idée seulement !?

J’entends une femme politique française dire textuellement : « les gens n’arrivent peut-être pas à faire la différence entre la politique de gauche et de droite et là est le problème ; par exemple l’ouverture des magasins le dimanche, je suis contre, parce que c’est une politique qui me semble libéral ».

Et voilà, ce que j’affirmais plus haut : beaucoup de politiques ne cherchent pas à savoir ce qui fonctionne ou pas, mais restent campés sur leurs positions qu’elles soient bonnes ou mauvaises, uniquement par idéalisme. Ce fut sa réponse à la question du journaliste :  que pensez-vous de la coalition gauche-droite (qui n’aurait rien à voir avec l’Allemagne qui elle a une vraie coalition) pour la France.

Il me semble ne pas entendre les scoliastes invétérés évoquer les 600 emplois créés à Charleroi, des plus de 1000 flexijobs créés en 10 jours (!), des décisions pour notre sécurité tout en gardant notre liberté, les mesures prises contre la corruption, et cetera et cetera.

Il faut dire qu’il y a plus de fait en quelques mois, que d’aucuns en plusieurs mandats !

Que de passer de « je dis » à « je fais », du « nous allons faire » à « nous faisons », doit en brusquer quelques-uns(es).

J’entends bien ou l’un ou l’autre s’évertuer, s’égosiller « Oui mais il est plein de dispositions à prendre, … blabla blabla.

J’ai envie de répondre « la faute à qui ? J’épiloguerais bien, nonobstant, entrer dans ce genre de débat, n’aurait pour effet que de se renvoyer la balle entre partis, entre classes sociales, entre, entre. Cela divise (pour mieux régner ?) et c’est précisément ce qui a été fait depuis des décennies, sans jamais rien résoudre.

Par ailleurs, j’ai remarqué qu’il y a deux styles de politico-exégètes**, il y a d’une part ceux qui critiquent pour déguiser, dissimuler, excuser ce qu’ils n’ont pas réalisé, ce qu’ils ont accompli de travers.

D’autre part, il y a ceux qui critiquent pour critiquer et ceux que je croise personnellement, lorsque je leur demande ce qu’il faut pour changer « ce qui ne va pas », je m’aperçois qu’ils ne sont engagés dans aucun parti, aucune association, ne pratiquent pas de bénévolat, etc.

Alors je veux bien nous sommes en démocratie et la liberté d’expression existe, à bon escient toutefois. Pour autant, idéalement qu’elle soit suivie de propositions, quelles qu’elles soient.

En conséquence une fois l’information (actions concrètes du gouvernement par exemple …) venant subséquemment à la connaissance de la personne concernée, pourquoi poursuivre. Où alors à l’instar de celui qui sait qu’il a tort et par orgueil persiste et signe !

Ces « inspecteur des travaux finis ou en cours » qui de la pierre angulaire à la flèche de la cathédrale, n’ont pas posé une seule pierre à l’édifice, n’ont pas touché un cordeau, se permettent de faire remarquer que « les travaux ont avancé moins vite que prévu et qu’il manque une petite ardoise çà et là » !

De plus, je rappelle aux gloseurs entêtés, qu’il s’agit de prendre en compte ceci : quelle que soit la volonté d’un gouvernement*, les 500 plus grosses sociétés dans le monde détenant à elle seule plus de 50 % du PIB mondial, ont un pouvoir économico-oligarchique bien plus probant que tous les gouvernements au monde réunis !  (Toutefois sans être anti consumérisme, il s’avère que tout un chacun de par son comportement de consommateur peut faire quelque chose à titre individuel et sans rien attendre du gouvernement).

Notre premier ministre comme le gouvernement, n’est sans doute pas parfait, et commettra peut-être des erreurs, néanmoins il a l’avantage d’une part d’être transparent et d’autre part et c’est primordial (autant que rare en politique) il est franc !!!

Belle soirée et belle et une joyeuse Neue Helle, qu’elle vous apporte paix, Amour et Connaissance …

Xavier HOUIN

* Dieu sait que ce gouvernement en a et je me base uniquement sur les faits.

** Et pas que des dilettantes, pfffff ! Voir Mr Van Rompuy notamment et ses propos contre le tax-shift : cependant ce dernier n’est-il pas un investissement et comme tel a un coût !?

 

Publié dans Brèves, Coups de gueule | Laisser un commentaire