Point d’anastrophe j’utiliserai, pour l’attention attirer !

politique

C’est en appliquant humblement en politique que j’ai pu me rendre compte que tout n’était pas si facile, tout n’était pas blanc ou noir, mon idéalisme a pris un coup !

Il fallait parfois accepter que l’on coupe les arbres d’un jardin pour construire un immeuble, afin de sauver une forêt entière ! Qu’il ne servait à rien de défendre coûte que coûte ce bout de jardin, alors qu’une forêt avait été sauvée. Certes c’est un exemple un petit peu caricatural, mais je l’ai vécu à plusieurs reprises.

Puis j’ai « gratté », moi le « poujadiste », j’ai vu des personnalités politiques (je ne peux qu’évoquer les faits et les personnes auxquelles j’ai été confronté) Madame Laruelle, Zoé Génot, Caroline Taquin, Maxime DAYE, Boris Dilliès, Willy Borsus et j’en passe, se démener au quotidien et sans compter les heures !

Un premier ministre Monsieur Charles Michel, qui en sus de toutes les initiatives concrètes de son gouvernement se met –presque- à nu dans une interview, je dis chapeau parce que là on ne joue plus un rôle de composition, on EST ! Ces personnes m’ont prouvé qu’elles n’étaient pas déconnectées de la réalité des Citoyens !

La politique est une chose de compromis, quoi que, idéalisme oblige, cela m’arrache la plume de l’écrire.

Et puis doit-on systématiquement voir le demi-verre d’eau vide ? Un exemple factuel : Arabie Saoudite pour la première fois, des femmes ont la capacité de se faire élire ! Faut-il y voir que ce pays a encore des us d’un autre temps et un tas de choses à modifier ou précisément que les pratiques ont enfin commencé à bouger pour la cause des femmes et de la démocratie en général ?

Je le répète encore, je ne suis je ne suis pas un donneur de leçons.

En effet, combien de fois m’est-il arrivé avec des amis de refaire le monde, de vanter les mérites du « du contrat social », pour en arriver à tous coups, au même constat : on refait le monde, on dénonce, mais on ne change rien à nos vies et après une bonne nuit de sommeil, on en a presque oublié tout ça et on revient à la routine du quotidien.

J’ai côtoyé deux partis émergents, l’un déjà actif, l’autre en couveuse, lorsque je me suis rendu compte que les raisons qui m’avaient fait quitter les partis traditionnels, étaient non seulement présentes ici, mais démultipliées !

J’ai compris que je ne serai pas long feu en effet, me suis retrouvant face à des présidents de partis aux égos plus que démesurés et devant des militants entre guillemets qui ne pensait qu’à un poste intéressant sans toutefois avoir les compétences d’une réelle ambition pour le pays. Des roitelets et leurs cours respectives.

La seule différence avec les partis existants est l’expérience qu’il n’ont pas. Pourtant une toute petite partie des idées émises par ces partis, si elles ne sont pas toutes neuves, sont positives. En conséquence, peut-on gouverner avec 10 pour-cent de bonne idée seulement !?

J’entends une femme politique française dire textuellement : « les gens n’arrivent peut-être pas à faire la différence entre la politique de gauche et de droite et là est le problème ; par exemple l’ouverture des magasins le dimanche, je suis contre, parce que c’est une politique qui me semble libéral ».

Et voilà, ce que j’affirmais plus haut : beaucoup de politiques ne cherchent pas à savoir ce qui fonctionne ou pas, mais restent campés sur leurs positions qu’elles soient bonnes ou mauvaises, uniquement par idéalisme. Ce fut sa réponse à la question du journaliste :  que pensez-vous de la coalition gauche-droite (qui n’aurait rien à voir avec l’Allemagne qui elle a une vraie coalition) pour la France.

Il me semble ne pas entendre les scoliastes invétérés évoquer les 600 emplois créés à Charleroi, des plus de 1000 flexijobs créés en 10 jours (!), des décisions pour notre sécurité tout en gardant notre liberté, les mesures prises contre la corruption, et cetera et cetera.

Il faut dire qu’il y a plus de fait en quelques mois, que d’aucuns en plusieurs mandats !

Que de passer de « je dis » à « je fais », du « nous allons faire » à « nous faisons », doit en brusquer quelques-uns(es).

J’entends bien ou l’un ou l’autre s’évertuer, s’égosiller « Oui mais il est plein de dispositions à prendre, … blabla blabla.

J’ai envie de répondre « la faute à qui ? J’épiloguerais bien, nonobstant, entrer dans ce genre de débat, n’aurait pour effet que de se renvoyer la balle entre partis, entre classes sociales, entre, entre. Cela divise (pour mieux régner ?) et c’est précisément ce qui a été fait depuis des décennies, sans jamais rien résoudre.

Par ailleurs, j’ai remarqué qu’il y a deux styles de politico-exégètes**, il y a d’une part ceux qui critiquent pour déguiser, dissimuler, excuser ce qu’ils n’ont pas réalisé, ce qu’ils ont accompli de travers.

D’autre part, il y a ceux qui critiquent pour critiquer et ceux que je croise personnellement, lorsque je leur demande ce qu’il faut pour changer « ce qui ne va pas », je m’aperçois qu’ils ne sont engagés dans aucun parti, aucune association, ne pratiquent pas de bénévolat, etc.

Alors je veux bien nous sommes en démocratie et la liberté d’expression existe, à bon escient toutefois. Pour autant, idéalement qu’elle soit suivie de propositions, quelles qu’elles soient.

En conséquence une fois l’information (actions concrètes du gouvernement par exemple …) venant subséquemment à la connaissance de la personne concernée, pourquoi poursuivre. Où alors à l’instar de celui qui sait qu’il a tort et par orgueil persiste et signe !

Ces « inspecteur des travaux finis ou en cours » qui de la pierre angulaire à la flèche de la cathédrale, n’ont pas posé une seule pierre à l’édifice, n’ont pas touché un cordeau, se permettent de faire remarquer que « les travaux ont avancé moins vite que prévu et qu’il manque une petite ardoise çà et là » !

De plus, je rappelle aux gloseurs entêtés, qu’il s’agit de prendre en compte ceci : quelle que soit la volonté d’un gouvernement*, les 500 plus grosses sociétés dans le monde détenant à elle seule plus de 50 % du PIB mondial, ont un pouvoir économico-oligarchique bien plus probant que tous les gouvernements au monde réunis !  (Toutefois sans être anti consumérisme, il s’avère que tout un chacun de par son comportement de consommateur peut faire quelque chose à titre individuel et sans rien attendre du gouvernement).

Notre premier ministre comme le gouvernement, n’est sans doute pas parfait, et commettra peut-être des erreurs, néanmoins il a l’avantage d’une part d’être transparent et d’autre part et c’est primordial (autant que rare en politique) il est franc !!!

Belle soirée et belle et une joyeuse Neue Helle, qu’elle vous apporte paix, Amour et Connaissance …

Xavier HOUIN

* Dieu sait que ce gouvernement en a et je me base uniquement sur les faits.

** Et pas que des dilettantes, pfffff ! Voir Mr Van Rompuy notamment et ses propos contre le tax-shift : cependant ce dernier n’est-il pas un investissement et comme tel a un coût !?

 

A propos XavierHOUIN

Prenez contact et discutons-en !
Cet article a été publié dans Brèves, Coups de gueule. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s